Imprimer

La Cour des Comptes joue-t-elle son rôle ou est-elle figurante ?

le .

A l’occasion de la prestation de serment des magistrats de la Cour des Comptes, PARCEM profite de cette occasion pour faire un constat par rapport au rôle que joue actuellement cette Cour.  D’abord PARCEM rappelle que la Cour des Comptes est une institution qui est mise en place par la Constitution et partant, c’est un organe très important dans le  contrôle d’argent du tiroir. Elle est par excellence le critère de performance évalué par les bailleurs de fonds pour accorder un financement.

PARCEM déplore en effet que,

Imprimer

Les mesures prises par l'administration locale sont-elles la source de l'arbitraire?

le .

Au cours d’un point de presse organisé ce vendredi le 10/3/2016, PARCEM a présenté les inquiétudes par rapport aux récentes mesures prises par certains Gouverneurs de Provinces. PARCEM estime que quelque part ces mesures risquent d’enfreindre à certaines dispositions constitutionnelles.

A titre d’illustration, le Directeur Exécutif de l’Organisation Parole et Action pour le Réveil des Consciences et l’Evolution des Mentalités(PARCEM),Faustin NDIKUMANA  évoque :

Imprimer

Insécurité alimentaire criante au Burundi

le .

                Situation alarmante

Plus de 2.100.000 des burundais ont besoin d’aide alimentaire d’urgence. 4,6 millions des burundais sont en insécurité alimentaire. PARCEM se demande sur l’insécurité alimentaire criante au Burundi ; y a-t-il une panacée ? Le changement climatique est un alibi ?

Cliquer ici pour lire en intégralité le point de presse

Imprimer

Modification de la Constitution annoncée:Quels enjeux et perspectives

le .

En cette période où le processus de modification de la Constitution est amorcé, PARCEM   lance un avertissement sur certains articles de la Constitution auxquels il ne faut jamais toucher lors de l’amendement. Ici, PARCEM se réfère sur l’article 299 qui stipule que :"Aucune procédure de révision ne peut être retenue si elle porte atteinte à l’unité nationale, à la cohésion du peuple burundais, à la laïcité de l’Etat, à la réconciliation, à la démocratie, à l’intégrité du territoire de la République. "D’où la modification de la Constitution exige une prudence extrême.

Cliquer ici pour lire en intégralité le point de presse.